ZOOM SUR

/ZOOM SUR

LA COMPAGNIE THE RAT PACK

La compagnie The Rat Pack est née courant mai 2014 à la suite à de nombreuses discussions entre Peggy Donck et Xavier Lavabre.

Nous étions en pleine finalisation du spectacle “ Il n’est pas encore minuit …“ avec la compagnie XY et nous réfléchissions aux méthodes que nous employons habituellement dans les créations de cirque et du renouveau possible. Nous avons aimé imaginer que l’écriture de cirque dont nous rêvions pourrait aller plus loin si nous combinions dès la genèse du geste circassien le mouvement chorégraphié et la musicalité.

Pour ce faire, nous avons réfléchi au casting idéal et cherchions donc des gens qui excellaient dans leur discipline. Peggy avait croisé la route d’un matiste qui l’avait touché de par sa qualité technique et de mouvement, et ce matiste je le connaissais bien. Nous avions déjà écrit ensemble un numéro qui avait très bien fonctionné. C’était la suite évidente de notre parcours ensemble.

ZOOM SUR LE SPECTACLE GIRLS AND BOYS

Dernière pièce du dramaturge britannique Dennis Kelly, Girls and Boys a été traduit par Philippe Le Moine, mis en scène par Mélanie Leray et interprété par Constance Dollé. Avec ce monologue inattendu, complexe, drôle et brutal, Dennis Kelly continue d'explorer l'âme humaine et d'appuyer là où ça fait mal, sans cynisme et sans concession. Comme souvent dans son oeuvre, c'est la violence, innée, acquise, transmise qu'il interroge chez l'homme comme espèce et comme genre.

Alexis Michalik, texte et mise en scène

Une maison centrale est un type de prison qui prend en charge les détenus condamnés à de longues peines. Elle accueille également les détenus les plus difficiles, ou ceux dont on estime qu'ils ont peu de chances de réinsertion sociale. Il y a quelques temps, un de mes courts-métrages reçut un prix, décerné par les détenus d'une centrale. J'eus l'opportunité, avec l'une des actrices, d'aller échanger pendant une heure ou deux avec ce groupe de détenus. Ce fut une expérience passionnante. Quelques jours après, je me questionnais encore sur toutes ces choses dont nous aurions pu parler. Mais plutôt que de poser des questions, j'ai préféré imaginer les réponses. Et en imaginant ce qui aurait pu se passer à l'intérieur de ces murs - intra muros - la fiction est venue supplanter la réalité.

ZOOM SUR FRANÇOIS DE BRAUER

Adolescent, François De Brauer fait ses premiers pas sur scène dans le cadre de matchs d'improvisation. Il est ensuite formé dans la Classe libre du Cours Florent par Michel Fau et Jean-Pierre Garnier entre autres, puis au Conservatoire National d'Art Dramatique de Paris par Alain Françon, Dominique Valadié, Gérard Desarthe, Yann-Noël, Philippe Garrel...

Adieu Monsieur Haffmann, note d’intention

« Je ne sais pas vraiment d’où m’est venu l’idée de cette pièce : sans doute de mes premiers souvenirs d’enfance avec “Bon Papa Alban” qui me promenait pendant des heures dans le cimetière de Montauban. On s’arrêtait devant chaque tombe, il me racontait la vie des morts… et j’adorais ça. Sans doute de ce « voyage scolaire » à Auschwitz qui m’a éloigné de l’enfance tout en me rapprochant de l’horreur dont sont capables les Hommes. Sans doute de tous ces amis touchés par la stérilité et qui cherchent par tous les moyens à avoir un bébé. Une pièce qui parle d’amour, de courage et de peur... et qui au cœur de l’Histoire, aide à mieux comprendre le désordre des Hommes.

ZOOM sur PILETTA UN SPECTACLE RADIOPHONIQUE LIVE

PILETTA REMIX c'est une histoire à écouter et à voir, une fable qui se joue des peurs d’enfants et du monde, une performance d’acteurs, bruiteurs, électro-musiciens, mixeurs qui donnent vie à 13 personnages sous les aléas du direct ! Tout y est fait pour et par le son, ce qui nous permet de jouer avec les perceptions. On entend ce qu’on voit mais aussi ce qu’on ne voit pas. Peu à peu le décalage se crée et l’on voit aussi ce qui ne s’entend pas. Les voix se multiplient, se transforment. Les objets détournés se mettent à chanter et le récit est lancé sur les ondes qui se dénudent peu à peu pour montrer l’envers du décor et partager le mystère de la fiction sonore avec des auditeurs-spectateurs complices de la création.

ZOOM SUR LA COMPAGNIE F.O.U.I.C ET LEUR SPECTACLE JE VOLE

La compagnie f.o.u.i.c, Faut Oublier Un Instant Clotilde a été fondée en 2001 par le binôme Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé, tous les deux formés à l’ESAD (Paris 1992/1995). Ils associent leur travail de création à une prise de contact directe avec les publics multiples d’Épinay au travers d’ateliers hebdomadaires, de stages, dans nombreux dispositifs soutenus par le département ou les aides de politiques de la ville. Avec Je vole... e ile reste je le dirai aux ombres ils signent une seconde poignante dans la tête d’un tueur.

ZOOM sur l’équipe artistique de La Main de Leila

Le point de départ de cette co-écriture est une envie commune de raconter ensemble une histoire. Une histoire qui nous ressemble, inspirée de nos contes orientaux au destin tragique, mais où cette joie de vivre dans le pire comme dans le pire prendrait tout son éclat. Une histoire où l’humour serait un bouclier à l’Histoire. Car comme le dit Fellag : « Chez nous, en Algérie, une fois qu’on a touché le fond, on creuse encore ! ».

Aïda Asgharzadeh et kamel Isker

POCKEMON CREW ou la réussite d’un collectif

# De la rue à la scène, il n'y a qu'un break

C'est en 1999 que Riyad Fghani, l'actuel directeur artistique de la compagnie, fédère des breakdancers lyonnais. Ils sont passionnés, talentueux et s'entrainent régulièrement sur le parvis de l'Opéra de Lyon. Jusqu'en 2003 où un cap est franchi : ils sont invités à répéter à l'intérieur, dans la cours des "grands". Assidus, ils restent en résidence pendant 10 ans et se professionnalisent. Les chorégraphies de Riyad Fghani s'affinent, les performances sur-mesure s'enchainent, à l'image de l'inauguration du nouveau Stade des Lumières de l'Olympique Lyonnais ou du show présenté à la finale du Super Bowl 2012. En parallèle, les compétitions se succèdent. Pas moins d'une trentaine en 12 ans, au point que la compagnie est aujourd'hui la plus titrée au monde dans le circuit très fermé des battles. Champion de France en 2003 et 2008, champion d'Europe en 2004 et champion du monde à deux reprises en 2003 et 2006, le collectif se fait remarquer par ses prouesses techniques et pour sa sensibilité chorégraphique.