De Emilie Génaédig
Avec Guillaume Gay, Tepa Teuru, Tuarii Tracqui
Mis en scène par François Bourcier

Une production de la Cie du Caméléon

Avec le soutien de l’association Beaumarchais-SACD à l’écriture et à la production

FESTIVAL D’AVIGNON
Théâtre de la Chapelle du Verbe Incarné
Du 6 au 28 juillet à 21h35
Relâches les jeudis 12, 19 et 26 juillet

Théâtre
A partir de 11 ans
1h35

« Bouleversant, prodigieux, un spectacle d’utilité Publique ! »
La Dépêche de Tahiti

« Salutaire ! Enfin le voile se lève ! »
Tahiti Infos

« La pièce raconte sans concession une partie difficile de notre histoire. A voir absolument ! »
Heremoana MAAMAATUAIAHUTAPU, Ministre de la Culture en Polynésie française

PRESENTATION DU SPECTACLE

Depuis 2005, la Cie du CAMéLéON propose en Polynésie française, à travers ses créations, sa programmation et ses actions socio-culturelles et éducatives, un théâtre citoyen, porteur de sens, invitant à l’échange et à l’éveil des consciences, agissant comme une incitation permanente à décentrer notre regard et à alimenter une pensée libre, éclairée et critique.

Revenir à travers « LES CHAMPIGNONS DE PARIS » sur une période de notre histoire souvent sujette à controverse, c’est permettre à tous de mieux comprendre pourquoi et comment se sont déroulés les essais nucléaires menés par l’Etat français, à partir des témoignages existants et des documents déclassifiés « secret défense ».

En contribuant à la libération de la parole et à un travail de mémoire, le spectacle participe à la construction de relations apaisées entre la France et la Polynésie française, dans une recherche de justice et de vérité.

Il s’inscrit d’ailleurs dans un nouveau contexte politique puisque pour la 1èrefois, en février 2016, un demi-siècle après le premier tir sur Moruroa, l’Etat français, par la voix de son Président, a fait tomber le mythe des « essais propres » et a enfin reconnu que les essais nucléaires ont eu des impacts environnementaux, sanitaires et sociaux au sein des populations polynésiennes.

La diffusion du spectacle est aujourd’hui encouragée et soutenue par l’Etat à travers les Ministères de la Culture et des Outre-mer, par le Pays à travers les Ministères de la Culture et de l’Education en Polynésie française, et par la compagnie aérienne locale, Air Tahiti Nui.

RESUME DU SPECTACLE

Entre 1966 et 1996, dans le cadre de son programme nucléaire militaire, la France a réalisé 193 tirs aériens puis souterrains à Moruroa et Fangataufa, près de Tahiti. Sous couvert de protéger la paix, elle s’est dotée d’une arme capable de détruire la Terre.

Ces essais nucléaires ont marqué durablement la Polynésie française. Les bouleversements politiques, économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires engendrés par l’installation du Centre d’Expérimentation du Pacifique ont façonné une nouvelle réalité polynésienne.

Le spectacle illustre, à travers des extraits de discours des dirigeantspolitiques de l’époque, les rêves de progrès et de prospérité promis par la France

Il relaie ensuite la parole des témoins, en restituant les actes et non simplement les récits de souvenirs anciens. Le spectateur voit se dérouler sous ses yeux les temps forts qui ont marqué cette période et accède aux émotions et au monde intérieur des différents protagonistes. Il apporte un éclairage sur la réalité du nucléaire, les premières prises de conscience, les maladies, les vies brisées, les désastres sociaux et écologiques…

« Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre. » SPINOZA

RETOUR DES SPECTATEURS

« Je ne voulais pas y aller de peur d’être déçu. Le récit est poignant et les acteurs sont convaincants. La pièce est très instructive et raconte sans concession une partie difficile de notre histoire. « Les Champignons de Paris » : à voir absolument. »
Heremoana MAAMAATUAIAHUTAPU, Ministre de la Culture en Polynésie française

« Une pièce jouée d’une façon sobre et admirable qui ne cherche pas la polémique mais à ce que nous nous posions les vraies questions… La représentation terminée, quelles que soient nos convictions, nos prises de position… nous ne sommes plus les mêmes… quelque chose a changé au fond de notre âme. Se mêlent colère, révolte, culpabilité, honte, peur, angoisse… Puis avec le temps, nous prenons petit à petit conscience que les contradictions ne sont pas seulement dans les débats des uns et des autres… mais qu’elles sont d’abord au fond de nous-mêmes. »
Moetai Brotherson, député à l’Assemblée Nationale

« J’ai été ému comme rarement, et j’ai pleuré des larmes mêlées de rage, de douleur, et de bonheur de voir le fait nucléaire traité avec autant de talent et de force. »

« Bouleversant, émouvant, choquant, un rappel de notre histoire, une pièce qui vous retourne de l’intérieur, un grand Mauruuru. »

« Un projet très courageux. Très émue tout au long de la pièce. Tout était tellement juste. Aucun appel à la violence ni à la haine mais seulement la reconnaissance d’une réalité terrible. »

L’EQUIPE ARTISTIQUE

Emilie Génaédig, auteur
Après sa formation à l’Atelier Théâtre Frédéric Jacquot de 2008 à 2011, Emilie Génaédig commence sa carrière professionnelle en tant que comédienne et joue dans plusieurs pièces de théâtre. Elle est assistante à la mise en scène pour François Bourcier depuis 2013, dans « La Maréchale et le Libertin » de Alain Guyard, « La Belle-Mère Saison 2 » avec Isabelle Parsy, « Au bout du Rouleau » avec Didier Landucci et Gérard Dubouche.

Elle écrit sa première pièce de théâtre dans le cadre du centenaire de la Première Guerre Mondiale, « Stenay 1914 », joué au Festival d’Avignon 2014.
Pour l’écriture des « Champignons de Paris », après présentation d’une partie de son travail, elle reçoit le soutien de l’association Beaumarchais-SACD à l’écriture et à la production.


François Bourcier, metteur en scène
Après sa formation à l’École de la Rue Blanche, François Bourcier poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, dans les classes d’Antoine Vitez, de Jean-Pierre Miquel et Jacques Serres. Il enseigne aussi l’art dramatique à l’Université d’Ivry en ADS et aux Ateliers du Sudden chez Raymond Acquaviva.

Metteur en scène de Sylvie Joly, il signe plus d’une trentaine de mises en scène de théâtre. « L’avare » au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis, « Libres pensées de San Antonio » au Théâtre Marigny chez Robert Hossein, en passant par « Le malade imaginaire » avec Jean-Claude Dreyfus, « La belle et la bête » au Centre Dramatique National de Lille… Et plus récemment, « Le secret du temps plié » de et avec Gauthier Fourcade, « Sacco et Vanzetti »d’Alain Guyard avec Jacques Dau et Jean-Marc Catella, « Ivre d’équilibre »avec Pascal Rousseau, « Partisans »…

Récompensé à plusieurs reprises, il a obtenu le Prix Théâtre des Rencontres Internationales Georges Brassens en 1989, une nomination aux Molières en 1994 et en 1996 pour le spectacle de Sylvie Joly, Meilleur Spectacle Comique, et il obtient le Molière des Étudiants 2006 pour son interprétation de « Lettres de délation ».

En tant qu’acteur, à la Comédie-Française, il est à l’affiche de « Sertorius et duVoyage de Monsieur Perrichon ». Il joue auprès de Jean-Marc Barr dans « Technique pour un coup d’état » chez Daniel Mesguich, qui l’engage ensuite dans « Hamlet ». « Hamlet » qu’il retrouvera à Chaillot avec Antoine Vitez.

Il fait deux seul-en-scène très remarqués dans « Lettres de délation » et « Résister c’est exister ». On le retrouve dans ces dernières créations : « Race[s] », « La maréchale et le libertin » ou encore « La fleur au fusil ». On a pu aussi l’apercevoir sur le petit écran dans des séries télé comme « Un homme en colère » avec Richard Bohringer, « Cas de divorce » ou « Karine et Harry » et bien d’autres…


Guillaume Gay, comédien
Guillaume GAY est comédien, producteur et directeur de la Cie du CAMéLéON. Il a suivi une formation au Théâtre Universitaire de Nancy sous la direction de Denis Milos, à la ligue d’improvisation de Toulouse et au Samovar sous la direction de Tom Roos. Il crée la Cie du CAMéLéON en 2003 et monte « Cuisines et dépendances » d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, « Cravate Club » de Fabrice Roger Lacan, « Sushis variés » de Cécile Reyboz, « L’hiver sous la table » de Roland Topor et « Family Dream » (création visuelle collective).


Tepa Teuru, comédien
Tepa Teuru est scénariste, réalisateur et comédien. Avec Rainui Teriirere, ils créent le duo humoristique « Hiro’s », diffusé sur TNTV. Leur court métrage « Nos vies sont belles » reçoit le prix du meilleur scénario au Vini Film Festival on TNTV 2013.


Tuarii Tracqui, comédien
Tuarii Tracqui, danseur de Ori Tahiti depuis 2007, a été élu meilleur danseur au Hura Tapairu 2011 puis au heiva 2012. Diplômé du conservatoire artistique de Polynésie française en danse traditionnelle tahitienne en 2014, Tuarii enseigne la danse traditionnelle en indépendant. Il débute en tant qu’acteur dans « Au large d’une vie » et « Label Hina ». On le retrouve également dans la série « Tupapa’u », dans laquelle il occupe le haut de l’affiche.

EXTRAIT DE PRESSE

Liens vers des articles et des interviews :

LES CHAMPIGNONS DE PARIS, une création théâtrale explosive,
Tahiti Pacifique Magazine n° 337 du 02/09/16

LES CHAMPIGNONS DE PARIS, dernières répétitions pour la troupe
Polynésie première web, 24/09/16
https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/les-champignons-de-paris-dernieres-repetitions-pour-la-troupe-400473.html

LES CHAMPIGNONS DE PARIS sur les planches du petit théâtre,
La dépêche de Tahiti, 23/09/16
http://www.ladepeche.pf/champignons-de-paris-planches-petit-theatre/

LES CHAMPIGNONS DE PARIS, extrait du journal télévisé
Polynésie première télévision 02/10/16
https://www.youtube.com/watch?v=404fEMyyzek

CHAMPIGNONS DE PARIS, quand le nucléaire s’invite au théâtre, Polynésie première web 02/10/16
https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/polynesie-francaise/champignons-de-paris-quand-le-nucleaire-s-invite-au-theatre-402623.html

C’EST QUE DU BONHEUR, pièce de théâtre « Les champignons de Paris »
Polynésie première radio 11/04/17
https://www.youtube.com/watch?v=_l0hA_Rr0cI

LES CHAMPIGNONS DE PARIS, une pièce d’utilité publique,
La Dépêche de Tahiti, 29/04/17

ARTICLES CONNEXES